"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

jeudi 27 avril 2017

Tsubaki d'Aki Shimazaki


La présentation de l'éditeur :

Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d’abord à Tokyo, puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d’une vie familiale marquée par les mensonges d’un père qui l’ont poussée à commettre un meurtre. 

Obéissant à une mécanique implacable qui mêle vie et Histoire, ce court premier roman marie le lourd parfum des camélias (tsubaki) à celui du cyanure. Sans céder au cynisme et avec un soupçon de bouddhisme, il rappelle douloureusement que nul n’échappe à son destin. 

Avis 

A la mort de sa mère Yukiko, Namiko reçoit une lettre que cette dernière lui a laissée : elle y évoque ses jeunes années et surtout son adolescence à Nagasaki.  Yukiko revient sur les jours qui ont précédé le lancement de la deuxième bombe atomique, des jours douloureux où elle a, sans le vouloir, découvert les sombres secrets que cachait son père.

Dans ce premier roman du cycle, l'Histoire du Japon et l'histoire familiale de Yukiko se confondent : l'annonce d'une catastrophe plane sur la famille de Yukiko et des jours difficiles s'annoncent.  La jeune fille détaille sa vie durant la guerre, son travail à l'usine, son amitié avec le fils des voisins et les mensonges de son père.  Elle se livre également sur la difficile décision qu'elle a prise alors et qu'elle a tenue cachée jusque là.

Aki Shimazaki nous offre beaucoup de finesse et de douceur dans ce roman, malgré la rudesse du contexte, qu'elle soit historique ou personnelle.  Le texte est fluide, léger; l'histoire se parcourt vite et donne envie de se plonger dans le prochain tome, à la suite de Namiko.






Challenge Un mois au Japon avec Hilde et Lou

2 commentaires:

Jérôme a dit…

Toujours beaucoup de finesse chez Shimazaki, c'est une auteure que j'apprécie énormément.

Karine a dit…

J'adore Shimazaki et ce cycle a un petit quelque chose de spécial dans mon coeur!